Les femmes transformatrices de poissons pas favorables à l’exploitation du pétrole au Togo

Continuer de travailler au renforcement des liens avec les communautés qu’elle appuie, tel est le leitmotiv de Les Amis de la Terre-Togo. En ce temps de crise sanitaire mondiale liée au nouveau coronavirus, l’organisation ne se lasse pas d’être au chevet desdites communautés. En effet, le 15 août 2020, une équipe de l’organisation composée du chargé des campagnes et du chargé de communication et information, s’est rendue dans la communauté de Doévi Kopé à Baguida (banlieue de Lomé).

L’objectif de cette visite était de toucher du doigt comment les activités des femmes transformatrices de poissons sont impactées par la présente crise sanitaire.

Des témoignages des femmes transformatrices de poissons, il ressort que leurs activités sont à la baisse car les prises de poissons par les pêcheurs ont diminué. Par ricochet, elles n’ont plus assez de poissons à transformer. De plus, les poissons transformés ont du mal à être écoulés faute de moyen en raison du COVID-19.  La baisse des prises de poissons est surtout attribuée aux infrastructures du port de pêche qui, selon le chef de Doévi Kopé a occasionné, ces derniers temps, des accidents avec mort d’hommes.

La psychose liée au COVID-19 retient les gens ; ils ont peur de sortir et surtout d’acheter chez les autres.

Il faut noter aussi que c’est une communauté qui fait face à un double défi : probable exploitation du pétrole et érosion côtière.

En effet, l’exploration pétrolière effectuée en 2012 par la compagnie italienne ENI a révélé un certain volume de pétrole qui peut être extrait.  La communauté de Doévi Kopé dit non à toute éventuelle exploitation du pétrole, craignant des impacts négatifs.

Certes on ne sait pas quand ou si le Togo exploitera le pétrole mais ce dont on est sûr c’est l’érosion côtière qui avance à grande échelle et qui menace toutes les communautés de Baguida, y compris Doévi Kopé.

Pour rappel, Les Amis de la Terre Togo qui a lancé en 2016 la campagne Non à l’exploitation du pétrole au Togo. L’objectif de cette initiative est de demander au gouvernement togolais de surseoir à toute idée d’exploitation du pétrole. L’organisation l’exhorte à plutôt poursuivre la mise en œuvre de sa politique d’énergie renouvelable avec les projets de développement de centrales photovoltaïques. On veillera toute même à la minimisation des impacts environnementaux et sociaux de ces dernières